Site officiel de la Nation Essénienne

Célébrer les 4 saisons

Table des matières

Célébrer les 4 saisons

Dans la tradition Essénienne, le cœur de la pratique des Esséniens est tourné vers la célébration de la ronde de l’année à travers les 4 saisons.

Tout peuple, toute culture, quelle que soit la région du monde, vit suivant le rythme naturel des saisons. Les cultures ancestrales, traditionnelles, rurales, savaient que vivre en conformité avec les lois naturelles est la base de la vie. Au fil des siècles, avec l’industrialisation, l’homme s’est progressivement coupé des grandes lois universelles en vivant de plus en plus en ville et en se coupant de la réalité des lois saisonnières.

Qui peut réellement prétendre aujourd’hui vivre consciemment avec les saisons, non pas comme une banalité temporelle avec laquelle il faut composer mais dans la conscience qu’il y a en elles des forces primitives, divines, qui régissent l’existence ?

Les Esséniens ont cette conscience. Ils portent en eux le savoir de la tradition essénienne qui vit selon les lois et cycles de la nature vivante qui en réalité sont des grandes lois qui régissent tout l’univers et vivent en chacune de ses créations.
C’est pourquoi dans la tradition essénienne contemporaine, les 4 saisons sont célébrées à chaque équinoxe et solstice, et à travers elle les intelligences supérieures qui régissent toute vie.

foret automne

Célébrer les saisons : pratique traditionnelle et ancestrale

A l’origine des temps, les hommes vivaient naturellement et intuitivement avec la nature, dans une conscience animiste de la vie. Ils vivaient en communion avec elle et tous les êtres visibles et invisibles qui la peuplent.

L’on entend parler encore aujourd’hui dans des histoires pour enfants de fées, farfadets, d’elfes, d’esprits de la nature, de divinités des éléments, … qui vivaient avec les hommes et que les hommes priaient, honoraient, invoquaient pour attirer les bonnes récoltes, la bonne fortune, appeler la pluie, remercier pour la moisson,… De nombreuses fêtes, rituels et cultes avaient lieu pour honorer ces êtres invisibles pour que la vie des hommes soit dans l’abondance et le bonheur. Ces fêtes marquaient souvent les changements de saisons, les changements d’énergie de la terre et étaient autant d’occasions pour les hommes d’honorer les esprits qui vivent derrière.
Les hommes connectés à la nature savaient qu’ils ne pouvaient vivre coupés d’elle, qu’ils en étaient dépendants, car elle n’était pas séparée d’eux.

En se reliant aux forces de la nature vivante, en vivant au rythme de saisons, les hommes étaient reliés aux mondes supérieurs, aux intelligences supérieures qui préexistent à toute création. Ils savaient intuitivement qu’ils se reliaient à la grande sagesse universelle, celle qui unit tous les êtres, tous les règnes de la création en un même corps d’intelligence.

Aujourd’hui encore, dans nos sociétés contemporaines, on célèbre ces grandes fêtes dans la lignée de la tradition judéo-chrétienne (Noël, Pâques, Halloween, la fête des lumières ,…) sans savoir pourquoi bien souvent. Certaines traditions populaires célèbrent également la ronde de l’année à travers des coutumes, des rites, des fêtes dites païennes qui en réalité sont porteuses d’un sens ancien et sacré qui vient de la nuit des temps.

On retrouve dans la plupart des traditions, 4 célébrations principales, 4 moments clés dans la ronde de l’année.

Ces 4 fêtes, sont comme 4 portes principales, qui marquent le cycle de toute vie. La fête du printemps, de la vie qui rejaillit de l’obscurité, qui marque la libération du monde froid de l’hiver, la fête de l’été, de la joie et de l’abondance, la fête de l’automne, temps des récoltes, où l’on sépare le bon grain de l’ivraie pour s’apprêter à entrer dans la période de latence de l’hivernale et la fête de l’hiver, là où le précieux, la lumière est préservée dans les profondeurs de l’être, pour s’apprêter à germer dès que les jours reviennent, fête qui est également le passage vers le nouveau, la nouvelle année.

Il y a une grande similitude entre toutes les traditions qui reconnaissent l’existence de ces 4 portes comme étant primordiales et constitutives de la vie quotidienne. La tradition Essénienne, quelle que soit la forme qu’elle ait prise depuis son père fondateur Enoch, a gardé et maintenu vivant ce savoir au fil des âges.

Célébration des 4 forces du vivant en la nature comme en l’homme

L’on parle aujourd’hui de rites païens, chez les celtes, dans des traditions orientales, animistes, dans les peuples traditionnels en Afrique, … en réalité on retrouve des traces de ces célébrations dans toutes les traditions, au sein des trois religions monothéistes également. Ce sont des rites naturellement inscrits en l’homme qui vit relié à la nature et donc à sa propre nature. Les Esséniens le savent également et vivent à leur rythme.

Les cycles de la vie de l’homme sont étroitement liés aux cycles de la nature vivante. On peut retrouver les 4 saisons en une seule journée mais aussi en la vie entière de l’homme. L’homme se lève au printemps, il est actif à midi, c’est l’été de sa journée, entre dans la récolte et la digestion de sa journée, c’est l’automne avant d’entrer dans le royaume de la nuit, l’hiver. Les événements de la nature extérieure ne sont pas étrangers aux hommes, ils lui parlent de lui-même, de ce qu’il est, de ce qu’il vit. Ils lui parlent de sa nature intérieure et des rythmes naturels cycliques en lui.

Toutes les grandes civilisations ont connaissance de ses mystères. L’Egypte des grands pharaons honoraient le sphinx, l’être constitué de 4 animaux sacrés ; Saint Jean, en fait mention dans son apocalypse ; dans la tradition bouddhiste, il y a 4 vérités qui font tourner la roue du Dharma ; la roue de la médecine chez les Amérindiens est constituée des 4 éléments fondamentaux ; le temple de Salomon dans la tradition Hébraïque comporte 4 portes, les 4 lettres du nom de Dieu,….

Ces 4 intelligences vivantes, éternelles, forment les 4 visages de Dieu, ses 4 formes de manifestation. Ce sont là des symboles divins qui ont de tout temps guidé l’humanité.

Les Esséniens contemporains n’ont rien inventé, ils participent à cette grande tradition essénienne, cette tradition de la Lumière qui vit au-delà du temps. En célébrant les 4 forces du vivant à travers les saisons, ils célèbrent ces forces à l’intérieur d’eux-mêmes et donc les honorent et les vivifient au cœur de tous les êtres.

Célébrer les 4 saisons dans la tradition essénienne : la Ronde des Archanges

Les Esséniens, forts de leur tradition millénaire, célèbrent à chaque équinoxe et solstice les mystères des 4 saisons et des intelligences qui se trouvent derrière.

Les 4 saisons sont reliées aux 4 éléments. En toute manifestation de vie, on retrouve ces 4 forces primordiales : la terre, l’eau, l’air et le feu. Ces 4 éléments, sont des principes concrétisés dans la matière et qui animent nos vies terrestres, mais sont également des intelligences supérieures, des forces vitales qui préexistent à tout dans les mondes invisibles. Derrière eux, se trouvent les 4 grands Archanges de Dieu, qui sont les 4 grands vivants que l’on retrouve dans toutes les traditions.

L’Archange Michaël se manifeste durant l’équinoxe d’automne ; l’Archange Raphaël se manifeste durant l’équinoxe du printemps ; l’Archange Gabriel se manifeste durant le solstice d’hiver ; l’Archange Ouriel se manifeste durant le solstice d’été.

A chaque solstice et équinoxe, les Esséniens se rassemblent pour honorer et célébrer les saisons, leurs éléments et l’Archange correspondant. Chaque période est comme une porte dans laquelle l’intelligence de l’Archange, son rayonnement est vivifié. C’est à ce moment-là qu’il peut s’approcher de la terre, et toucher de son enseignement, de sa vibration, l’humanité et tous ceux qui s’approchent de lui.

Les Esséniens appellent ce cycle de célébration, la Ronde des Archanges. La Ronde des Archanges est comme le fondement de toutes les traditions, de toutes les religions, le fondement de la tradition de la lumière, le fondement de la tradition essénienne. Elle est ce qui honore Dieu dans son essence et unit tous les êtres, tous les règnes dans une même ronde de la vie et de l’année. Celle qui unit l’homme à la nature, à lui-même, à Dieu en tous les êtres.

La Ronde des Archanges est donc à la fois une pratique ancestrale et traditionnelle qui prend un corps nouveau aujourd’hui à travers la Nation Essénienne.


Elle est une pratique sacrée, qui célèbre la vie, le divin à travers chacune de ses manifestations. Elle est l’alliance entre tous les règnes visibles et invisibles, entre les mondes de la Mère, de la nature vivante et du Père, les règnes supérieurs.

Pour les Esséniens, célébrer la Ronde des Archanges, la grande ronde de la vie, est l’occasion de vivifier et renforcer l’alliance du divin en tous les êtres et de se renforcer soi-même dans ce qu’il y a de plus pur, de plus intemporel, de plus universel.
La tradition essénienne, descendante de la lignée des fils et des filles d’Enoch célèbre ces mystères depuis le commencement des temps.

Célébrer l’alliance entre tous les règnes par la Ronde des Archanges

Pour les Esséniens, tout est vivant. Dans la nature, aucun n’être n’est supérieur à un autre. A l’origine, les pierres, les végétaux, les animaux et les hommes vivent dans le grand corps de la Mère terre, dans une grande unité. Aujourd’hui les règnes sont séparés, enfermés dans leur monde, l’homme a mis en esclavage les règnes en dessous de lui. En se reliant avec les intelligences supérieures de la nature vivante, par la Ronde des Archanges, les Esséniens souhaitent à nouveau renouer avec tous les règnes dans un respect et une conscience éveillée.

Les Esséniens vivent dans la conscience qu’aucun être n’est séparé des autres. A travers la Ronde des Archanges, et la célébration des saisons et des éléments, un espace universel est ouvert où peut à nouveau apparaître le langage commun à tous les règnes. Cet espace est comme un seul corps, le corps de Dieu en tous les êtres et de tous les êtres en Dieu.

Les Esséniens vivent dans la conscience que l’homme porte en lui les 7 règnes de la création, la pierre, la plante, l’animal, l’homme tout comme les Anges, les Archanges et les Dieux. C’est pourquoi, pour vivre d’une manière respectueuse et dans la grande unité, il est important que tous les êtres soient honorés non pas comme des idoles mais dans la simplicité pour que tout soit à nouveau rendu vivant et que la vie retrouve son sens sacré en tous les êtres.

Par la célébration des 4 saisons, par la Ronde des Archanges, les Esséniens ont réactivé cette alliance vivante entre tous les règnes et ce faisant, ont réactivé la roue de la vie qui amène tout dans l’ennoblissement et la dignité.

La Ronde des Archanges projet humanitaire global

La Ronde des Archanges est réellement un projet de vie globale pour l’humanité et tous les êtres de la terre. Elle est l’héritière de toute la sagesse de la tradition de la Lumière. Aujourd’hui, la Ronde des Archange est célébrée dans la Nation Essénienne depuis près de 20 ans.
Par cette pratique ininterrompue qui se perpétue d’année en année, les Esséniens sont forts de l’alliance avec tous les règnes visibles et invisibles. C’est ainsi qu’ils reçoivent des enseignements vivants tant des règnes qui peuplent les mondes supérieurs, les Anges, les Archanges, que des règnes du monde de la Mère. L’ensemble de ces enseignements est une merveille et constitue une richesse qui a rarement existé sur la terre.

Pour participer ...

Toutes les personnes qui se sentent appelées sont invitées à rejoindre les célébrations de la Ronde des Archanges. Il y a aujourd’hui  plusieurs possibilités. La Ronde des Archanges peut être célébrée de chez soi, à travers la Ronde des Archanges universelle. Pour se faire, il suffit de s’inscrire sur une plateforme en ligne sur laquelle sont donnés tous les enseignements, les chants, les méditations, les rituels liés à l’Archange qui est célébré. La Ronde des Archanges est également célébrée en présentiel, dans les villages esséniens, en France, au Québec et au Panama, ou dans les massalas à travers le monde entier. Célébrer les grandes fêtes de l’année à travers la ronde des saisons est une grande joie, chacun, essénien ou ami des esséniens, y est le bienvenu!

Retour haut de page