Site officiel de la Nation Essénienne

La vie d’un Essénien

Table des matières

Une vie matérielle et spirituelle

Les Esséniens sont des hommes et des femmes qui cherchent à vivre avec Dieu jusque dans leur quotidien. Ce ne sont pas des spiritualistes qui vivent uniquement dans l’idéal d’un monde supérieur désincarné, ni des matérialistes qui vivent pour assouvir uniquement les besoins de la vie terrestre. Ce sont des êtres tournés vers l’étude de la sagesse universelle non pas pour la nourrir et la vivifier dans des abstractions, mais pour l’incarner dans leur vie quotidienne.

L’enseignement essénien est vivant et concret. Il se vit jusque dans les plus petits actes de la vie pour redonner du sens à tout ce que l’homme entreprend dans ses activités quotidiennes.  

Vie spirituelle

Depuis la nuit des temps, les Esséniens sont considérés comme des disciples des mystères. Des dévoués de Dieu, des prêtres et des prêtresses dédiés à son service dans tous les mondes. Enoch, le père fondateur de la tradition essénienne fut le premier homme adorateur des mystères à se mettre au service du monde divin en tissant une alliance avec les mondes supérieurs. 

Il reçut des enseignements des Anges et des Archanges et créa par son étude et sa dévotion la première école de Dieu sur la terre. À sa suite, une lignée de prêtres, de prêtresses, de maîtres a vu le jour, vivifiant au fil des époques la tradition de la Lumière à travers des cultes, des cérémonies, des rituels…

Enoch a été le premier à instaurer les cultes des mondes supérieurs sur la terre, pour les honorer et dialoguer avec eux. Il avait cette conscience que pour vivre une vie bonne et équilibrée sur la terre, l’homme doit avant tout respecter et honorer les mondes supérieurs et se mettre à leur service pour que seul ce qui est divin puisse prendre un corps sur la terre, car cela est gage d’abondance et de chance dans tous les mondes.

Aujourd’hui, les esséniens ont ressuscité ces savoirs ancestraux et mettent les cultes des mondes supérieurs au cœur de leur vie.

Pratique spirituelle individuelle et collective

Un Essénien est un être qui est tourné vers Dieu. Son objectif est de travailler sur lui, se transformer, se dégager de tout ce qui est faux et illusoire pour faire apparaître en lui un corps de sagesse, une terre qui soit comme un réceptacle pur pour accueillir les enseignements des mondes supérieurs. 

Les Esséniens ont cette conscience que les mondes supérieurs ne peuvent s’approcher de la terre et de l’humanité si un espace vierge n’est pas préparé pour les accueillir. A la manière où l’on prépare sa maison pour accueillir un invité, l’Essénien prépare sa maison intérieure pour accueillir la lumière d’un monde supérieur. 

Au sein de la Nation Essénienne, il existe différentes sortes de pratiques. Les pratiques individuelles et les pratiques collectives. 

Individuellement, l’Essénien pratique au quotidien un culte pour honorer les mondes supérieurs. Le culte de l’Ange ou le culte de la Lumière.

Collectivement, les Esséniens se réunissent à diverses occasions, lors des célébrations de la Ronde des Archanges, ou en massalas pour pratiquer des rituels, des cérémonies qui activent et renforcent le champ de vie de la Nation Essénienne et donc le champ de vie de la Lumière sur la terre. 

Le champ de vie est comme une terre subtile, un rayonnement puissant que les hommes créent quand ils sont ensemble, tournés vers un but commun. Par leurs chants, leurs danses, leurs prières, leurs méditations, leurs cérémonies, les Esséniens créent une force collective qui se renforce par la pratique individuelle de chacun. 

Vie matérielle

Les Esséniens sont avant tout des prêtres de Dieu, leur objectif est de vivre sur la terre en harmonie et en conformité avec Ses lois divines. 

C’est pourquoi, pour eux, la pratique concrète est essentielle. Il ne s’agit pas d’étudier la parole de Dieu et de le prier pour appeler l’amour en sa vie, si dans son quotidien l’homme vit avec la discorde dans ses relations. 

Pour les Esséniens, la sagesse divine doit être étudiée, goûtée, expérimentée jusqu’à vivre dans leur corps, leur vie quotidienne. Par leur étude de l’enseignement, par leur pratique, ils cherchent à remettre du sens et de la valeur au cœur de leurs activités quotidiennes.

Les Esséniens sont des constructeurs, des bâtisseurs, des médecins, des avocats, des boulangers, des écrivains, des artistes, des musiciens, des jeunes et des moins jeunes, … des êtres de tout horizon qui dans la simplicité mettent leurs compétences au service de ce qu’ils croient être juste et bon. Ensemble ils font apparaître dans le visible, ce qui se vit et se travaille dans l’invisible. Ils font apparaître une nouvelle façon d’être au monde, une nouvelle manière de vivre dans le respect des vertus et des lois universelles.

Pour les Esséniens, il y a comme 4 priorités, quatre fondements que l’homme doit poser sur la terre : le travail, la famille, la santé et l’argent. Ce sont quatre sceaux, quatre piliers fondamentaux de la vie de l’homme qui sont reliés chacun à un Archange et qui à l’origine sont tournés vers le service du divin.

Ces 4 sceaux, dans la perfection, sont comme le corps de manifestation de Dieu sur terre. Dans le monde contemporain, ils ont été usurpés, dénaturés. L’homme les mobilise non plus pour les ennoblir mais dans une peur de survie, pour assouvir un besoin d’existence. Les Esséniens ont conscience de la valeur de ces sceaux et de l’importance de leur rendre leur sens véritable pour que l’homme puisse à nouveau vivre dignement sur la terre.  Pour les Esséniens, ces sceaux doivent avant tout être rendus vivants en leur vie intérieure, car l’essentiel est qu’il y ait un lien vivant entre la vie intérieure de l’homme et sa vie extérieure.

Le travail

L’homme vient sur la terre avec une œuvre à accomplir. Pour cela il doit se connaître lui-même, et se mettre en action à partir de ce qu’il est réellement. Tout ce qui est sur la terre a une fonction, une place et l’homme doit connaître la sienne. 

 L’homme qui travaille en étant en accord avec lui-même, travaille pour honorer Dieu en lui et donc participer à sa grande œuvre sur la terre. Le travail digne et noble dans son origine, n’est pas une activité qui asservit l’homme. Le véritable travail est celui qui construit et fortifie l’homme dans ce qu’il est véritablement, le véritable travail est une activité qui enrichit l’homme de l’intérieur et qui est tournée vers l’enrichissement de l’ensemble.

C’est pourquoi les Esséniens travaillent sur eux. Pour se connaitre et mettre leurs compétences au service de la communauté. Ils ne travaillent pas uniquement pour subvenir à leurs besoins mais pour enrichir tous les êtres. 

Le sceau du travail est relié à l’Archange Michaël. Pour vivre avec le sceau du travail, il faut être éveillé à ce qui est noble, être déterminé, courageux, droit, ardent, intelligent et subtil, il faut être animé de la volonté sincère d’œuvrer pour le monde divin.

La santé

Dans la tradition essénienne, la santé physique et spirituelle est primordiale. 

Les Esséniens savent qu’il y a un lien vivant entre la santé intérieure et la santé extérieure. Tout ce qui se passe dans le visible a d’abord une manifestation dans l’invisible. 

Ils savent qu’il est bon de se tenir dans le juste discernement et l’équilibre des mondes. Le plaisir et l’assouvissement des besoins du corps ne sont pas négatifs en soi, mais ils connaissent l’importance de trouver le juste équilibre entre les deux.

Les Esséniens veulent s’orienter vers une vie saine à tous les niveaux, en prenant soin de leur corps physique comme de leurs corps subtils. 

Pour les Esséniens, la santé est également liée aux échanges harmonieux. Ils veillent à être attentifs aux mondes dans lesquels ils se nourrissent et aux mondes qu’ils nourrissent en retour. Par ce que les hommes écoutent, parce qu’ils regardent à la télévision, les hommes se nourrissent. Par ces paroles qu’ils disent, par les intentions qu’ils mettent en leurs gestes, en leurs actes, les hommes nourrissent les autres. Ainsi les Esséniens s’éveillent dans la conscience des échanges et du partage, à la conscience de ce qui émane d’eux pour ne rendre aucun être malade. 

C’est pourquoi, pour eux, la nutrition et la respiration sont des points d’attention essentiels. Par des techniques méditatives, par des exercices spirituels qui mettent en mouvement le corps et l’esprit, ils apprennent à se nourrir et respirer dans les mondes subtils en ne laissant entrer en eux que ce qui est utile et bon pour leur santé et en ne laissant pas entrer en eux la mauvaise nourriture. Ils veillent à ne pas ingérer n’importe quoi, les influences lourdes, hostiles, sombres, qui les alourdiraient et les rendraient faibles et malades.  

Pour eux la santé c’est de vivre avec ce qui est naturel, simple et vrai. Avec ce qui est empli d’âme, de sagesse, de valeur, avec ce qui est grand et léger, ce qui ennoblit et embellit les mondes. Le sceau de la santé est lié à l’Archange Raphaël.

La famille

La famille est une des valeurs fondamentales pour les Esséniens. 

Pour eux, la famille ne se résume pas à la famille biologique, elle s’étend à la grande famille universelle, celle qui unit tous les êtres dans une grande unité. La famille universelle comprend tous les règnes du vivant, et c’est de tous ces règnes dont les Esséniens veulent prendre soin.

Par leur vie quotidienne, les Esséniens veulent prendre soin du petit, de l’enfant, du nouveau-né, comme de l’ancien, de l’ancêtre, ils veulent prendre soin du minéral, du végétal, de l’animal, comme des mondes invisibles. 

Pour vivre avec le sceau de la famille, l’Essénien doit cultiver le prendre soin, l’amour, l’impersonnalité, le don de soi et  le sens de la fraternité.

Pour les Esséniens, prendre soin de la famille c’est aussi œuvrer pour elle, pour le grand bien commun.  C’est prendre en considération que ce que l’homme fait à l’autre il le fait à l’ensemble car aucun être n’est séparé. C’est prendre en considération que ce qui est bon pour l’un est bon pour le tout. 

Le sceau de la famille, qui est lié à l’Archange Gabriel,  c’est le sceau des relations, de la grande communication universelle, claire, pure et sans tâche, qui unit tous les êtres dans un même océan d’amour et de bonté.

L’argent

Pour les Esséniens, l’argent est une énergie créatrice. À l’origine, l’argent est tourné vers Dieu, il est la richesse suprême, le bien qui se partage et fait tout fructifier dans l’abondance. Aujourd’hui l’argent est vu comme un objectif, un but à atteindre pour vivre et survivre. L’énergie de l’argent est détournée au profit d’intérêts mortels qui ne sont pas négatifs en soi mais qui ne sont pas alloués à un bien commun. 

Pour les Esséniens, la véritable richesse est intérieure et l’argent est un moyen concret pour la manifester à l’extérieur.

À l’origine, l’énergie de l’argent était pure, bénéfique et constructive. Elle était basée sur la loi de l’échange harmonieux, sur le respect de l’autre, la fructification et le développement de l’humanité. Aujourd’hui, tout est devenu beaucoup plus compliqué. L’argent a été accaparé par les hommes qui en tirent profit pour des intérêts personnels extérieurs, au détriment d’autres êtres. L’argent véritable, l’énergie créatrice réelle est à l’intérieur de l’homme. C’est pourquoi les Esséniens travaillent sur eux pour retrouver ce potentiel intérieur et le mettre au service d’une œuvre qui servira le grand bien commun et participera à la fructification des mondes.

Pour s’approcher réellement de l’argent, qui est le sceau de l’Archange Ouriel, l’homme doit porter en lui les vertus du respect, de l’humilité, de l’honnêteté, de la générosité, de l’enthousiasme qui fait apparaître les choses.

Si l’argent est utilisé dans son sens noble, il est mobilisé comme une énergie qui sert à construire sur terre des œuvres qui servent le grand bien commun. 

Vivre en Essénien du lever au coucher

La vie d’un Essénien n’est pas différente de la vie d’une autre personne. En plus de sa prière et de sa méditation quotidienne, il veille dans la simplicité à mettre en pratique les valeurs esséniennes tout au long de ses activités quotidiennes. C’est-à-dire que du lever au coucher, il va mettre une âme, une essence, un sens qui est plus grand que l’apparence extérieure jusque dans ses activités les plus simples.

Par exemple, en se levant le matin, l’Essénien va tourner sa première pensée vers le soleil, c’est-à-dire vers la lumière du Père et de son enseignement de sagesse. La première impulsion de sa journée sera ainsi tournée vers Dieu et toute sa journée va en bénéficier. Ses activités quotidiennes seront accomplies en conscience et dans l’idéal d’y amener des vertus pour les ennoblir et les vivifier de l’intérieur. 

Pour les Esséniens, toute activité peut être ennoblie. Les repas par exemple peuvent être pris dans la conscience et la gratitude envers la nature vivante qui a élaboré et offert tous les aliments. Ils peuvent également être pris au sein d’une atmosphère vertueuse pour que le corps physique comme les corps subtils puissent être nourris dans les belles valeurs de la vie.

Les activités professionnelles d’un Essénien, ses activités familiales, ses rencontres, ses partages, vont être vivifiés et animés en conscience par des vertus et sa vie personnelle comme son entourage vont en bénéficier. Ainsi, c’est toute sa vie qui dans la simplicité est tournée vers le prendre soin du divin en tous les êtres.

Retour haut de page