Site officiel de la Nation Essénienne

Former son corps d’immortalité

L’immortalité, la quête de la vie, de la jeunesse éternelle a toujours fasciné non seulement les spiritualistes, mais également les scientifiques, les matérialistes qui veulent d’une certaine manière marqué la terre de leur passage, et cela bien après leur mort. Ne pas connaître la mort, pour certains est une véritable hantise, une équation en plusieurs inconnus. Mais Malheureusement, pour ceux qui ne sont pas éduqués dans la sagesse de la tradition des enfants de la lumière, cette quête est toujours basée sur cette volonté de pouvoir sauvegarder le corps, la mémoire de sa vie terrestre.

Or, nous venons de l’éternité et le but de notre passage sur terre est de revenir vers cette Source d’Eternité que l’on peut appeler Dieu, ou encore le Grand Esprit qui est la source de la vie. Alors pourquoi chercher quelque chose à l’extérieur de nous au moyen d’artifices, de technologie, de dogmes, alors que tout se trouve dans notre essence à l’intérieur de nous, comme un potentiel, une mémoire divine à retrouver, à activer et surtout à nourrir. c’est le corps d’immortalité. 

En effet, l’immortalité ne peut être terrestre, elle n’appartient qu’au monde divin, et pour pouvoir y gouter, pour pouvoir l’activer il faut pouvoir accomplir des œuvres qui sont en résonnance avec elle, il faut pouvoir nourrir le divin en nous. La tradition essénienne contemporaine, de par son alliance avec le monde divin remontant à Enoch et le chemin qu’elle ouvre à l’humanité, qui s’est transmise au fil du temps par une succession de Maîtres à l’instar de Moïse, Jésus, Saint Jean, ou encore Peter Deunov ,Olivier Manitara pour les plus contemporains, offre une opportunité pour le chercheur de pouvoir construire ce corps d’immortalité. Ceci, par l’étude et la mise en pratique dans sa vie quotidienne des textes sacrés de la Bible du Nouveau commencement, la Bible Essénienne, qui est la révélation du monde divin à travers ses 4 visages, le Feu (Michaël), l’Air (Raphaël), L’Eau (Gabriel) et Ouriel la terre. Par l’Académie essénienne et les Massalas, le chercheur peut se former à son rythme, et par sa constance, son engagement, le respect du sacré de la vie, sa pratique de la vertu, activer dans sa vie quotidienne ce capital divin en lui qui traversera le voile de la mort. C’est le chemin que nous a enseigné le Maître essénien Jésus : « le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas ». Quand il parle de ses paroles, il parle des principes, des lois et des vertus émanant de la source de la vie dont il n’était qu’un instrument. Ces paroles doivent être vivifiées dans la vie quotidienne à travers les pensées, les sentiments, la volonté et les actes afin de construire son corps d’immortalité, c’est-à-dire devenir soi-même un instrument de la vie divine sur la terre. C’est le chemin de l’éducation de l’homme voulu par Dieu.

Retour haut de page