Site officiel de la Nation Essénienne

La tradition essénienne

Table des matières

A l’origine, il y a une seule tradition, une seule religion, une seule parole, une seule source, celle qui vient de Dieu, celle qui est le corps de Dieu. Derrière toutes les religions, cultures et sciences existe cette source unique, la tradition primordiale de la Lumière. Cette tradition primordiale est la tradition essénienne. Elle est la tradition qui est le corps de Dieu sur la terre, la tradition de l’alliance divine, qui unit tous les êtres et tous les règnes de la création en un même corps de sagesse et de vérité.

La tradition essénienne est la tradition première qui porte en elle-même l’essence de l’enseignement universel, la sagesse des âges, l’esprit divin. Elle est la tradition ininterrompue des fils et des filles de la Lumière, des envoyés de Dieu qui sont successivement venus sur terre pour enseigner l’humanité.

La tradition essénienne est comme un fleuve qui coule depuis les temps originels. Le courant est parfois fort et visible et parfois plus doux et caché, mais il continue de couler, sans jamais être totalement arrêté.

Quelle que soit sa forme de manifestation sur la terre, quel que soit son nom, la tradition essénienne a perduré à travers les âges à travers des civilisations et des maîtres qui chacun dans leur rayon et chacun à leur époque ont été les représentants de la parole de Dieu sur la terre. Certaines de ses manifestations, certains de ses représentants ont été plus visibles que d’autres mais tous ont permis que la tradition des mystères soit préservée et soit la garante d’un équilibre dans l’humanité.

La tradition essénienne: tradition originelle de la Lumière

L’humanité première était essénienne, c’est-à-dire qu’elle était unie à Dieu. Elle vivait dans son omniprésence jusqu’à ce que certains êtres s’en détachent pour s’individualiser et recréer un monde coupé du royaume de Dieu. Ce fut la chute de l’humanité. 

Enoch fut le premier homme missionné par Dieu à se relever de la chute et à renouer le dialogue et l’alliance avec le monde divin. Par cette alliance avec les mondes supérieurs, il engendra une civilisation entière au service de Dieu. C’est pourquoi Enoch est considéré comme le père de la tradition essénienne et de toutes les traditions. Il fut le premier homme à renouer le contact avec le monde divin sur la terre et y instaurer son règne. 

Enoch était réellement porteur d’une façon d’être au monde en conformité avec les lois universelles divines. Il posa sur la terre des écritures, des fondements qui se sont perpétués à travers le temps au sein des traditions authentiques de la Lumière.

Honorer les mystères divins; bâtir et consacrer des espaces, des temples pour que leurs cultes soient accomplis; éduquer les hommes dans la connaissance des lois divines; former des prêtres, des hommes et des femmes consacrés au service de Dieu à travers des initiations sacrées; former des êtres dans la connaissance des lois de la magie et des mondes; ouvrir des écoles consacrées à l’étude des mystères, de l’homme, de la nature et de l’univers tout entier; célébrer le divin en tous les êtres; renouer l’alliance avec tous les règnes; instaurer un art de vivre sur la terre dans le respect des grandes lois divines, dans l’harmonie, le respect de tous les êtres et de tous les règnes du vivant, … telles sont les bases fondamentales de la tradition de la Lumière.

Ces grands principes, qu’Enoch a posés il y a des milliers d’années sur la terre, ont perduré au fil des âges à travers la tradition de la Lumière.

La lignée des maîtres : de Enoch jusqu’à nos jours

La tradition essénienne, en tant que source de la sagesse en toutes les traditions du monde, n’a jamais cessé de se réincarner sous différentes formes, sous différents visages au fil des siècles. 

D’après la Tradition Essénienne, Enoch est le père fondateur du peuple essénien. Il représente l’homme tel qu’il est voulu par Dieu, l’homme véritable, le maître, porteur de la sagesse universelle et pilier de l’alliance entre tous les règnes de la création. Enoch parlait avec Dieu. Enseigné directement dans ses mystères il a pu instaurer sur la terre la religion de la Lumière. Dans ses pas, nombreux sont celles et ceux qui ont marché à travers les siècles pour tenter de porter la parole du Père et de la Mère à l’humanité et ainsi amener la religion de la Lumière, la philosophie, la sagesse, la justice, l’économie parfaites sur la terre. Depuis Enoch, la flamme de la mémoire divine ne s’est jamais éteinte. Cette flamme, cette mémoire ont été transmises et activées au fil du temps par une lignée de maîtres initiée par Enoch lui-même. Par lui est née la lignée des fils et filles de Dieu qui constituent la tradition ininterrompue des Esséniens

Un maître authentique est le représentant de la tradition, il en est le porte-parole, il est le porteur de l’alliance divine. Derrière le maître, c’est la tradition qu’il faut regarder. si l’on  s’arrête à la personnalité extérieure humaine des maîtres, l’on ne peut comprendre réellement la grandeur du monde qu’il incarne. Celui qui est éveillé verra à l’intérieur du maître l’union avec le monde divin. A travers les paroles, les actes, l’être d’un maître, c’est la tradition impersonnelle de la Lumière qu’il faut regarder et reconnaître.Les grands maîtres esséniens ne sont pas des êtres de pouvoir. Ce sont des serviteurs du monde divin qui de siècles en siècles sont restés fidèles à leur mission sacrée qui est de préserver la flamme de l’alliance et de transmettre la sagesse essénienne, c’est-à-dire la sagesse des âges à l’humanité.

De Enoch jusqu’à nous en passant par les Pharaons d’Egypte, Rama, Krishna, Zoroastre, Hermès Thot, Moïse, Bouddha, Lao Tseu, Pythagore, Jésus, Mani, Mahomet, les Templiers, les Cathares, les Rose-Croix… et plus près de nous, les Écoles initiatiques des Maîtres Rudolf Steiner, Peter Deunov, Omraam Mikhaël Aïvanhov, la tradition essénienne ne s’est jamais interrompue. Aujourd’hui, le flambeau a été transmis à Olivier Manitara qui a revivifié la flamme de la tradition sur la terre.

Chacun de ces grands maîtres a vivifié le corps de la tradition essénienne consciemment et impersonnellement afin que le fleuve de la sagesse puisse continuer de couler et d’abreuver l’humanité. 

La tradition essénienne pour tous les êtres

Un maître, un initié, un enfant de la lumière n’apparaît pas de rien. Il s’incarne sur la terre au sein d’une tradition pour la vivifier dans sa vie. De nombreuses femmes et de nombreux hommes dans la tradition ont été initiés aux mystères de l’enfantement de la lumière, perpétuant sur la terre la lignée des fils et des filles de Dieu. Pour cela, les écoles des mystères sont primordiales car elles éduquent les hommes et les femmes dans la mémoire de la sagesse des âges, celle qui fait apparaître Dieu sur la terre. 

Les maîtres esséniens ne viennent pas que pour les hommes. Ils sont l’intermédiaire entre tous les règnes de la création: les règnes de la Mère et les règnes du Père. Les hommes ne sont rien s’ils ne sont pas unis à tous les êtres visibles et invisibles qui peuplent la nature vivante. Sans les minéraux, sans les végétaux, sans les animaux, sans l’eau, sans la terre, sans l’air, sans le feu, l’homme n’est rien. Les maîtres viennent pour la Mère, la terre, pour tous les êtres qui la peuplent et pour rendre possible la présence des règnes du Père, les Anges, des Archanges et des Dieux sur la terre.
Sans la présence des maîtres esséniens, les hommes seraient confinés dans un monde en esclavage, en proie aux forces sombres qui les asservissent sans qu’ils en soient conscients. La fonction d’un maître authentique est de guider l’homme, de l’éclairer, de l’éduquer et de le conduire vers l’éveil. Elle est de l’orienter afin qu’il puisse parcourir le chemin de sa destinée en demeurant fidèle à ce qu’il porte au plus profond de lui.
Les Esséniens depuis la nuit des temps connaissent l’importance de la présence de maîtres de lumière sur la terre. C’est pourquoi ils œuvrent dans le secret à leur construire un corps, une terre de manifestation dans le respect des règnes de la Mère et dans la dévotion envers le monde du Père, pour que l’incarnation des maîtres esséniens puisse perdurer dans la pureté.

L’importance de la tradition des maîtres à travers les âges

Chaque maître essénien authentique s’est incarné sur la terre porteur d’une mission particulière. Chacun dans son rayon a apporté à l’humanité des clés de sagesse, des savoirs grandioses pour maintenir les hommes dans une éducation qui éveille. Chacun à son niveau a participé à maintenir vivantes ou à rétablir les écoles des mystères qui vivifient l’esprit de la tradition en l’homme.

Les maîtres esséniens ont eu des influences spirituelles et civilisatrices grandioses. Nombreux sont les maîtres qui ont initié les hommes au haut savoir, dispensant des enseignements à la fois ésotériques et magiques, intellectuels, moraux, artistiques,… et apportant à l’humanité toute entière la religion, la science, l’art, la culture, la civilisation,…

Tous les maîtres authentiques sont porteurs de la même intelligence supérieure, l’esprit du Christ qui se manifeste sous différentes facettes. Cette intelligence supérieure, la flamme de la tradition essénienne est la garante de la sauvegarde de l’humanité de lumière sur la terre et donc de l’alliance vivante entre tous les règnes. C’est pourquoi les mondes supérieurs ont de tous temps envoyé des fils et des filles de Dieu sur la terre.

L’histoire de l’humanité est cyclique, des périodes fastes et abondantes succèdent à des périodes plus sombres. Au fil des siècles, de grandes civilisations ont vu le jour, apportant sur terre une abondance et une richesse hors du commun avant de connaître la chute. Ces grandes civilisations ont été créées par des êtres initiés, des envoyés de Dieu, dans la connaissance des mystères universels et sous la guidance d’un monde supérieur.

L’histoire de la tradition des maîtres esséniens s’est souvent répétée d’âge en âge. Dans des périodes de grande lumière, des êtres avides de pouvoir ont mis l’alliance avec les mondes supérieurs en faiblesse en l’utilisant à des fins mortelles, politiques,… mettant la religion de Dieu au service de la vie des hommes. C’est pourquoi bien souvent, les grands initiés, les envoyés de Dieu ont été bafoués, bannis ou forcés de fuir leur patrie pour préserver l’alliance et les trésors de lumière reçus du monde divin.

Lorsque sa religion devient lettre morte, Dieu renouvelle sa parole par l’intermédiaire de son envoyé. Dans l’histoire de l’humanité, de nombreux courants initiatiques ont été calomniés, massacrés alors qu’ils prêchent l’amour, la tolérance, l’éveil, … car ils connaissaient la Lumière de la vérité qui rend libre, qui élève l’homme dans la Lumière, ennoblit et l’élève au delà des dogmes et des croyances qui l’asservissent.

Dieu a toujours envoyé ses messagers sur terre. Dans les périodes les plus sombres de l’histoire de l’humanité, il a envoyé ses fils et ses filles pour relever l’humanité et faire en sorte qu’elle ne sombre pas dans une déchéance totale.

Les maîtres esséniens contemporains

Fin du XIXe siècle, la tradition essénienne renaît de ses cendres avec Peter Deunov. Dans les montagnes sacrées de Bulgarie, Peter Deunov, appelé Beinsa Douno par ses disciples se révèle être un guide authentique de l’humanité. Son incarnation marque un tournant dans l’histoire de la tradition essénienne et de l’humanité en général.

Par son œuvre, il a redonné une parole à la Lumière et réouvert sur la terre un chemin qui avait disparu. Il enseigna dans les montagnes sacrées de Bulgarie, retiré du monde des hommes.  Il a recréé des conditions propices à ce que l’alliance soit de nouveau tissée entre les hommes et les mondes supérieurs. Avec ses disciples, ils ont véritablement revivifié la tradition essénienne et réouvert le chemin de la Lumière. Ensemble, ils ont appelé une grande force de bénédiction pour toute l’humanité. Par des chants et des danses sacrées, ils sont parvenus à créer un cercle, une communauté suffisamment forte qui a permis à l’Archange Michaël de toucher la terre à nouveau, et également de faire émerger dans l’humanité de hautes vibrations emplies d’idées de fraternité, de renouveau, de libération, prémisses d’une nouvelle ère.

Le maître Peter Deunov a transmis le flambeau à son disciple Omraam Mikhaël Aïvanhov, qui à son tour a pu recevoir l’enseignement de la sagesse essénienne dans la pureté et l’impersonnalité et le transmettre au sein de son école initiatique de la fraternité blanche universelle. 

Le flambeau de la tradition essénienne est alors passé dans les mains d’Olivier Manitara, élève du maître Aïvanhov. Olivier Manitara s’est isolé pendant quelques années afin d’initier un travail sur lui et établir un contact avec un monde supérieur. En août 1991, après des années de travail déterminé, l’école essénienne contemporaine a été créée. 12 années plus tard, une alliance avec les Archanges a été conclue et la Nation Essénienne est apparue.

Aujourd’hui...

Denov

La tradition essénienne contemporaine est aujourd’hui revivifiée par la Nation Essénienne. La Nation Essénienne est le nouveau corps de manifestation de la tradition primordiale des esséniens sur la terre. Par une structure internationale stable, elle pose à nouveau les bases d’une civilisation pérenne au service d’un monde supérieur sur la terre.

La Lignée des maîtres esséniens à travers les âges

  • Énoch – Plus de 30 000 av. J.-C.
  • Isis – Égypte antique
    Maat – Égypte antique
    Hathor – Égypte antique
  • Les initiés de l’Atlantide
    Entre 23 000 et 10 000 ans av. J.-C.
  • Noé – Environ 10 000 ans av. J.-C.
  • Rama – Environ 6700 ans av. J.-C.
  • L’Égypte des pharaons Fils du Soleil – Entre environ 5000 et 2400 ans av. J.-C.
  • Fo Hi – Environ 2800 ans av. J.-C.
  • Zoroastre – Environ 2600 ans av. J.-C.
  • Hermès-Thot – Environ 2400 ans av. J.-C.
  • Abraham – Environ 1800 ans av. J.-C.
  • Akhénaton – Environ 1400 ans av. J.-C.
    Hiétora – Entre 1400 et 1300 ans av. J.-C
    Moïse – Environ 1300 ans av. J.-C.
    Orphée – Environ 1300 ans av. J.-C.
  • Élie – Environ 900 ans av. J.-C.
  • Numa – Environ de 715 à 673 av. J.-C.
  • Le Bouddha – Environ de 623 à 543 av. J.-C.
    Lao Tseu – Entre environ 604 et 531 av. J.-C.
    Confucius – 551-479 av. J.-C.
    Pythagore – 570-480 av. J.-C.
    Socrate – 469-399 av. J.-C.
    Platon – 427-346 av. J.-C.
  • Saint Jean le Baptiste – 1er siècle av. J.-C. – 1er siècle apr. J.-C. 
    Saint Jean et Jésus – 1er siècle
    Marie et Marie Madeleine
    1er siècle av. J.-C. – 1er siècle apr. J.-C.
  • Apolonius de Thyane – 16-98 apr. J.-C.
  • Mani – Entre environ 216 et 277
  • Bodhidhama – Entre 420 et 536
  • Tara – Entre 500 et 600
    Kuan Yin – Entre 500 et 600
  • Mahomet – Entre environ 570 et 632
  • Padmasambhava – 717-762
    Les Bogomiles – Entre environ 800 et 1100
    Les Templiers – De 1129 à 1312
    Esclarmonde de Foix – 1151-1215
    Les Cathares – De 1167 à 1244
  • Christian Rose+Croix – 1378-1484
    Le courant des Rose+Croix
    Entre environ 1413 et 1925
  • Jean Trithème 1462-1516
  • Paracelse – 1493-1541
  • Jakob Böhme – 1575-1624
  • Emanuel Swedenborg – 1688-1772
    Martinès de Pasqually – 1727-1774
    Jean-Baptiste Willermoz – 1730-1824
    Louis-Claude de Saint Martin – 1743-1803
    Fabre d’Olivet – 1767-1825
    Eliphas Levi – 1810-1875
    Saint Yves d’Alveydre – 1842-1909
    Stanislas de Guaita – 1861-1897
  • Rudolf Steiner – 1861-1925
  • Papus – 1865-1916
  • Peter Deunov – 1864-1944
    Omraam Mikhaël Aïvanhov – 1900-1986
  • Babaji – 1970-1984
  • Olivier Manitara – 1964-2020

Retour haut de page