La réincarnation de Zoroastre

Je voudrais partager avec vous une conversation avec le grand Zoroastre. Cet homme a prié le soleil et accompli le culte du feu. Il s’est multiplié dans une dynastie qui porte son nom. Il a vécu très longtemps sur la terre, passant d’un être à un autre par ce culte du feu. Zoroastre avait les paroles qui font venir Dieu sur la terre. J’ai donc écrit un livre de ses incantations pour le culte du feu, car la flamme du temple, c’est Dieu lui-même. Dieu doit être nourri de la nourriture de Dieu. Il faut un grand respect et une dévotion qui fait vivre la Divinité. Après avoir déposé le livre dans le temple, je ne savais pas la suite, alors j’ai appelé Zoroastre, qui continue à vivre. Je vous lis la conversation.

« J’aurais beaucoup de choses à te dire, car l’œuvre est grande, immense. Ce que tu vois du culte du feu que les Esséniens mettent en place, ce que tu peux imaginer n’est rien, car sache que de ce travail accompli, un chemin s’ouvrira qui sera la perfection des perfections. »

Beaucoup d’êtres ont fait des choses dans leur vie sans se rendre compte de l’importance qu’elles auraient, quand ils ne seraient plus là.

« Ce sera la perfection, car tout sera posé dans tous les mondes et la conscience sera présente et claire. Bien des hommes sur la terre parlent de la conscience, ils utilisent ce mot pour ternir son âme, pour diminuer sa valeur, sa grandeur, affaiblir son intensité et son pouvoir magique. La conscience est le pouvoir divin en l’homme. Quand l’homme est conscient, alors il est tout puissant et peut réellement enfanter des mondes, ouvrir des chemins. »

Ce n’est pas seulement la conscience dans le corps, mais dans la volonté qui nous anime, nos désirs, nos aspirations. La conscience apporte la vie et la connaissance ; je suis conscient de toutes mes pensées, de leurs réalités, de ce qu’elles sont, où elles sont, par où elles passent et ce qu’elles veulent. Je suis conscient de ma conscience, qu’un monde apparaît de toute manifestation, avec une résonance. Ce que j’accomplis montre qui je suis. Je suis conscient des génies, des mémoires, je suis un être de mémoire, qui conserve la lumière, je vis avec Zoroastre, sa divinité, car il est pour moi un fils de Dieu. Je regarde la perfection qui s’est manifestée à travers lui et c’est une mémoire, une intelligence qui parle à l’humanité, à toutes les époques. La rencontrer, c’est rencontrer Dieu, mais sommes-nous prêts ? Tu chemines ensuite vers la conscience de ta destinée. Tu connais la volonté de Dieu et tu marches dans les pas que Dieu a voulus pour toi. Tu sais que ce qui t’arrive est juste. Zoroastre dit que ce que nous avons fait est grand parce que nous avons appelé le feu en conscience. Nous avons appelé l’Archange Michaël.

« Si l’homme crée son monde, alors il peut faire en sorte de créer en même temps toutes les conditions, toutes les possibilités pour que les autres mondes puissent y être accueillis et soient dans la grande harmonie.  

Il t’a été demandé de retrouver et de réécrire mon livre d’incantations, car tu étais faible dans ton œuvre et il te fallait un support. Il était vital que les textes sacrés pour honorer le culte des mystères de Dieu soient dans une lignée, grande, héroïque, ancestrale, intemporelle. »

Un homme seul est faible, mais s’il est en accord avec les mondes, il est fort. L’homme a perdu de sa valeur au moment où il s’est individualisé du mauvais côté, qu’il a pensé n’avoir de compte à rendre à personne, être sans lignée. Si tu parles de toi-même, tu es faible, mais si tu parles en accord avec tous tes ancêtres, alors tu es fort de cette lignée. Les peuples animistes savaient que leurs ancêtres continuaient à vivre à travers eux. C’est la beauté des mondes supérieurs. Nous faisons revenir vers nous ce qui est pur, nos ancêtres, en l’occurrence Zoroastre et nous voulons marcher dans leurs pas. L’homme est toujours fort de la multitude et de la communion avec elle.

« Ces textes sont une terre pour l’immortalité. L’homme est porté par la terre et il porte la parole, qui elle-même, est une terre pour des mondes supérieurs. Les paroles jadis prononcées sont une terre fertile pour les Dieux immortels. Ils connaissent cette terre. Porter dignement ces paroles, c’est porter Dieu dans sa vie. »

Nous disparaîtrons, mais des prêtres, de génération en génération, continueront l’œuvre. Un monde grandira de cette pratique. Une chose grandit par l’expérience de tous les êtres de celle-ci, c’est le monde des égrégores et une première victoire sur la mort.

« C’est pour moi la réincarnation de mon enseignement, de mon être, de ma conscience, de ma volonté qui prend un nouveau corps pour servir une fois de plus la grande œuvre du Soleil, du feu et de la belle lumière. »

Ce nouveau corps, c’est le texte qui a été écrit avec le culte du feu. Traverser la mort et continuer l’œuvre commencée est grand. Nous pouvons nous réjouir de sa victoire qui est aussi la nôtre. Une réincarnation a lieu sans mort : c’est une résurrection de la vie à travers une nouvelle forme.

« La révolution de la conscience est en marche. Tu as formé un corps qui n’est pas un corps humain, mais une organisation, une communauté, une nation qui devient une mère sage capable de créer des corps et de permettre une réincarnation sans perte de conscience. »

Depuis 2009 où cela s’est accompli, ce n’est plus le même monde. Si Zoroastre avait dû reprendre un corps de la mort, il aurait perdu son être, sa mémoire, sa conscience et il ne se serait plus appelé Zoroastre. Il est maintenant présent de tout son être et il agit. Sans la bénédiction du culte par l’Archange, cela aurait été impossible. Zoroastre a, au-dessus de lui, le ciel qu’il avait et le chemin de l’immortalité est ouvert.

Il n’y a que les initiés qui connaissent ces choses. Par exemple, un jardinier marche avec toi dans un jardin. Toi, tu vois de la terre et lui toutes les graines qu’il a mis en dessous, mais tu verras la floraison et t’en réjouiras quand elles auront poussé. Maintenant ce sont des semences et demain cela deviendra une évidence, des êtres capteront des pensées.

Aujourd’hui nous parlons d’homme augmenté par la technologie. Un homme a de la valeur par son téléphone, mais pas de la valeur des vertus qu’il porte. Les Esséniens vont à contre-courant et proposent un homme augmenté par les valeurs.

« Pourtant, le monde de la Lumière leur avait dit et redit de se méfier de l’orgueil, mais l’homme se croit toujours supérieur et c’est ce qui le perd. Ce n’est que par le culte tels que ton Ange, les Archanges l’ont institué au sein de la Nation Essénienne que l’alliance avec Dieu peut être maintenue. Ce que vous avez fait sur la terre est un modèle pour toute l’humanité. »

Zoroastre dont le nom signifie « astre d’or », a mis les contre-vertus en dessous pour éveiller la conscience. Il a honoré le saint esprit (le bon esprit), les ancêtres, les génies de la Lumière et il a fait apparaître les égrégores sacrés en prononçant les paroles qui font vivre les Dieux. Les Anges ont vu l’offrande et ils sont descendus jusqu’à l’incorporer. Il a donc créé un esprit, un génie et un égrégore. Ensuite, des hommes se sont approchés de lui et l’ont proclamé roi. Alors Zoroastre a éduqué ces hommes pour les rendre libres. Ces êtres ont commencé à porter toutes les activités des hommes pour les amener dans la bénédiction et la protection. Ainsi, un vrai boulanger refusera de mettre n’importe quoi dans son pain, qui dégraderait ses ancêtres.

Après sa mort, des êtres peuvent préserver son corps et sa mémoire dans la pureté, mais dans le monde des hommes, sa mémoire est mise au service de leur monde. Par exemple, du pain Zoroastre.

Vous comprenez maintenant pourquoi il y a des êtres qui sont immortels. Joie et bonheur au culte du feu, allons y rencontrer le feu, que ce feu vous bénisse et vous apporte le courage, la force, la Lumière.

Olivier Manitara, Cookshire, matin du vendredi 19 décembre 2014

Mise en texte : Jocelyne Construction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

preloader